ADDICTOLOGIE Structure régionale d'appui et d'expertise

Actualités

OROBUPRE est sur le marché

OROBUPRE

L’orobupré est disponible en pharmacie avec des comprimés à 2 (fiche ANSM 2mg) et 8 mg (fiche ANSM 8mg). Cela étoffe la gamme disponible de médicaments à base de buprénorphine. Mais Orobupré est un médicament à part, non équivalent au Subutex et génériques.

  • Pourquoi ?

C’est la galénique qui fait la différence. En effet Orobupré est dispersé sur la langue en quinze seconde, se diffuse dans toute la bouche. Le patient ne doit pas déglutir pendant 2 minutes et ni boire ni manger pendant 5 minutes.

La buprénorphine (génériques ou Subutex) doit rester elle jusqu’à dissolution complète sous la langue (ce qui prend au moins 5 minutes).

  • Pour quels changements ?

La dissolution plus rapide et l’absorption buccale augmente la biodisponibilité.

Pour le patient, l’amertume est moins forte et surtout moins longue en bouche. Cette amertume est pourvoyeuse de nausée-vomissement et des patients ont pu expliquer qu’ils sniffent le traitement pour l’éviter.

En cas délivrance contrôlée avec prise devant le professionnel, il suffira de 15 secondes.

  • En pratique :

Ce médicament ne peut pas être utilisé dans le cas d’un switch Subutex-Orobupré, du fait d’une bioéquivalence imprécise mais de toute façon différente.

Les pharmaciens ont l’interdiction de substituer la buprénorphine (sous forme Subutex ou génériques) par Orobupré.

Si un passage doit se faire entre Subutex et Orobupré, avec l’accord préalable du patient, il faut systématiquement partir avec une dose plus faible et refaire une titration.

Le prix est le même que Subutex et génériques. Il est remboursé par l'Assurance Maladie à 30%. Le dosage maximal prescriptible est 18 mg par 24 h (24 mg pour le Subutex).

Orobupré parait donc plus facile à utiliser en début de traitement. S’il constitue un progrès dans l’acceptabilité par le patient, le nombre de patients traités devrait augmenter significativement.

Son potentiel de détournement, à savoir s’il est plus aisé et moins risqué de le sniffer ou de l’injecter, est inconnu à ce jour.

Retour aux actualités